#FollowMyDay
aux courses du Lauberhorn

Kaja Kamm

Stagiaire médias sociaux (24 ans chez SWISS depuis 2016)

Depuis 2016, Kaja Kamm encadre l’équipe en charge des médias sociaux chez SWISS. Le week-end dernier, elle avait prévu de vivre une aventure toute particulière : les légendaires courses du Lauberhorn à Wengen. C’est pleine d’enthousiasme et parfaitement équipée que la jeune femme de 24 ans a donc pris la route de l’Oberland bernois. Malheureusement, en raison des fortes chutes de neige, la descente a été annulée et même le traditionnel survol de SWISS et de la Patrouille Suisse n’a pu avoir lieu. Découvrez ici comment Kaja a vécu ce moment et comment son séjour s’est malgré tout transformé en une expérience inoubliable.

Les courses du Lauberhorn sont organisées chaque année à Wengen depuis 1930. Elles font partie des grands classiques de la Coupe du monde de ski alpin et attirent de nombreux visiteurs. En plus de la célèbre descente du Lauberhorn, du super combiné et du slalom, le programme prévoyait un survol spectaculaire assuré par un C Series de SWISS accompagné de la Patrouille Suisse. Le 14 janvier 2017 toutefois, les mauvaises conditions météorologiques sont venues contrecarrer les plans de l’événement tout entier. La descente et le survol ont dû être annulés, malgré tout, l’ambiance à Wengen n’en a pas souffert.

wengernalpbahn.jpg

09:20

Kaja démarre la journée pleine d’espoir. Elle emprunte la Wengernalpbahn pour se rendre de Wengen au col de la Kleinen Scheidegg. « Si le temps était dégagé, on aurait une vue époustouflante sur les montagnes », explique-t-elle, un peu déçue. Mais en raison des fortes chutes de neige, il n’est malheureusement pas possible d’admirer la vue aujourd’hui. Le trajet en train a toutefois un autre intérêt : la voie emprunte le tunnel que les skieurs traverseront lors de la descente. « C’est vraiment extraordinaire ! », s’extasie Kaja.

10:30

Une fois arrivée en haut, Kaja est accueillie par Benny au Startbar Il est le propriétaire du bar situé à côté de la cabane de départ. Dans les haut-parleurs, point de musique populaire mais des tubes du groupe AC/DC. À ce moment-là, on ne sait pas encore si la descente et le survol pourront avoir lieu.

Au Startbar, Kaja rencontre également Peter Koch. Il a installé ici son back office pour le survol. Pilote chez SWISS, il est en tant que Service Director (pilote au sol) responsable de l’analyse de la situation aérienne au Lauberhorn. « Peter est sur place avec le pilote au sol de la Patrouille Suisse et un météorologue pour évaluer la situation », explique Kaja. C’est Peter qui communiquera à Kaja la décision finale concernant le maintien ou non du survol. « Il est constamment en contact avec Andres Müller, le Lead Captain du C Series. »

11:15

Kaja patiente au calme avec Peter et son épouse dans l’arrière-boutique du bar. « Il y a ici tout d’une salle de séjour et nous pouvons y discuter tranquillement », révèle Kaja. Puis la nouvelle tombe : « La descente du Lauberhorn est annulée en raison du mauvais temps. » De plus, il est impossible de la reporter ainsi au dernier moment. Il en va de même pour le survol. « La déception a d’abord été énorme, mais elle s’est rapidement dissipée », raconte Kaja.

11:30

« Si la descente du Lauberhorn avait eu lieu, c’est d’ici que seraient partis les concurrents », explique Kaja depuis la cabane de départ. Le tracé de la célèbre course fait près de 4,5 kilomètres de long. La vitesse maximale jamais atteinte ici est de 161,9 km/h. « C’est la plus grande vitesse enregistrée dans le cadre de la Coupe du monde de ski alpin ! »

lauberhornrennen_11_30_02.jpg

Peu avant l’annulation définitive, il avait été question de déplacer le départ un peu plus bas, soit au-dessus du Hundschopf (la Tête de chien), soit au niveau du Minschkante (la bosse à Minsch). « C’est souvent le cas lorsque les conditions météo ne sont pas bonnes et que le vent est trop puissant », explique Kaja. Mais cette fois, il était vraiment trop difficile de rendre la piste optimale pour la course.

ski.jpg

12:30

Pour Kaja, l’heure est venue de chausser les skis : « On m’a demandé si je souhaitais faire la descente du Lauberhorn ! J’ai bien sûr poliment refusé », s’amuse Kaja. « La visibilité était extrêmement mauvaise, j’ai donc choisi une autre voie. » En compagnie de Peter Koch, Kaja descend de la cabane de départ jusqu’à la Kleine Scheidegg. « Malgré le mauvais temps, je me suis éclatée ! », se réjouit-elle. Une fois arrivée, elle reprend le train jusqu’à Allmend un peu plus bas. Puis elle emprunte le télésiège Innerwengen qui la mène directement jusqu’au salon SWISS, dans la zone d’arrivée.

swiss_lounge_neu.jpg

13:30

Aujourd’hui le salon SWISS connaît une affluence particulièrement importante. Les visiteurs ont finalement beaucoup à découvrir. Les « passagers » sont reçus par des agents de bord et peuvent goûter aux menus SWISS Business et SWISS First qui seront servis à bord dès le mois de mars. « D’ici, on a également une formidable vue sur la zone d’arrivée. »

worldcup_village.jpg

15:30

Prochain arrêt : le village de la Coupe du monde. Kaja reprend le télésiège pour Allmend et de là descend à skis jusqu’à Wengen, en traversant le village. « Une super expérience ! C’est vraiment incomparable de pouvoir visiter le village sur des skis », s’amuse-t-elle.

pilot-combo2.jpg

16:00

Et maintenant, place à la musique ! Le groupe SWISS Pilot Combo se charge de mettre l’ambiance sur scène. Créé en 2011, il se produit régulièrement à l’occasion de diverses manifestations. Les musiciens sont tous des pilotes de SWISS. Seules les deux chanteuses font exception. « Et elles en ont dans le ventre ! », s’extasie Kaja. En plus de chansons populaires suisses, le groupe joue également des classiques internationaux. « La piste est pleine de gens qui dansent et font la fête. Tout simplement génial ! »

helden_der_luefte.jpg

helden_der_luefte3.jpg

19:00

Le village de la Coupe du monde déborde de bonne humeur. Les pilotes qui auraient dû effectuer le survol donnent une interview sur scène. « Même s’ils n’ont pas été les "héros des airs" qu’ils auraient dû être aujourd’hui, le public les acclame chaleureusement », se réjouit Kaja. La journée se termine en fanfare, avec du vin chaud et de la bonne humeur : « Une expérience que je suis certaine de ne jamais oublier ! »

Offres